10 raisons de passer ses vacances au Cap ferret

« il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis »

C’est en toute humilité que oui, j’avoue, nous avons outrepassé nos idées reçues, nos principes, nos habitudes … partir en vacances en plein mois d’août ? Qui plus est dans un endroit ultra touristique ? Nous avons osé, nous avons testé , et honnêtement nous avons été agréablement surprises de nous retrouver pas tant que ça étouffées par les touristes. Trois petits jours sur place pour apprendre à connaitre de plus près le bout de cette presqu’île. Située à 1h de route de Bordeaux, le cap ferret fait parti d’une de nos destinations préférée (comme pour tout bon bordelais) afin d’aller passer une journée plage/détente le weekend, mais nous avons rarement l’occasion de pousser plus loin … aller Maurice pour une fois on va le pousser le bouchon … tu vas vite vouloir le pousser avec nous !!

 

 

10 raisons de faire une halte prolongée au Cap ferret

1 – tu auras l’occasion d’être seul sur la plage même en plein été. Alors oublies par contre les plages du bassin , je te parle de l’océan, qui s’étire sur près de 25km de la pointe à Lège Cap ferret. Suffisamment grand pour trouver un accès à travers les dunes et rejoindre cette étendue de sable juste impressionnante de grandeur notamment à marée basse.

2 – Il serai dommage de passer dans la région sans s’essayer au surf, au bodyboard ou au paddle sur le bassin pour les moins téméraires. De nombreuses écoles de surfs sont implantées le long de la côte (comptes environ 40€ l’1h30 de surf).

3 – Vous attabler à une des nombreuses cabanes à huitres, pieds dans le sable, vue sur le bassin, un petit verre de blanc ou de rosé et bien sur des huitres du bassin (mais aussi crevettes, bulots, pâté gascon). Pas moins d’une trentaine de cabanes se font concurrence de Claouey jusqu’à la pointe proposant tous à peu près la même chose. Ici pas de cuisine, juste un écailler, une petite cabane en bois et des terrasses toutes plus accueillantes les unes que les autres.

4 – Admirer le lever ET le coucher du soleil : l’un sur le bassin, l’autre sur l’océan.

 

5 – Vous perdre à vélo dans les 44 hectares, sur l’extrémité de la pointe du cap ferret. Autrefois vendu pour 3 francs 6 sous (voir anecdote à la fin de l’article), le bout de la presqu’île accueille aujourd’hui des propriétés hors de prix nichées entres les pins et les routes ensablées, au calme de l’agitation des villages du ferret.

6 – faire une virée en bateau pour découvrir le bassin d’Arcachon, l’île aux oiseaux, le banc d’arguin et la dune du pyla

 

7 – Profiter des nombreux panoramas de rêves qu’offrent cette presqu’ile : la dune du pyla dans toute sa splendeur, les parcs ostréicoles à marée basse, les plages et la pinède du côté océan qui s’étirent à l’infini …

8 – Aller manger à l’une des très bonne table un peu Guindée du cap ferret : au choix Chez Hortense pour les gros portes monnaie, Le Bistrot de la Maison du Bassin pour manger dans une ambiance chaleureuse ou encore au Pinasse café, une très bonne cuisine à déguster avec vue sur le bassin (photos ci dessous)

 

9 – L’occasion de vous payer une cabane de luxe dans les bois. Le meilleur plan ? Louer à plusieurs une grande villa sur air Bnb (photos prises sur le site airBnb )

10 – Vous faire une balade culturelle et historique à la recherche des blockhaus échoués sur les plages, ou préférez monter au phare pour admirer la vue à 360° sur la pointe

Anecdotes en en boucher un coin !

Le Cap ferret c’est aussi une histoire géologique et culturelle récente et disproportionnée.Le cap ferret a vu son histoire naitre il n’y a pas si longtemps. Cette lande de sable située à l’entrée nord ouest du bassin d’Arcachon n’est pas plus vieille que de 3000 ans sur le plan géologique. C’est au grès des courants marins et des vents que cette flèche sableuse s’est allongée pour former la pointe du cap ferret que l’on connait aujourd’hui. Il y a encore 100 ans, on ne pouvait se rendre sur cette lande de sable qu’en pinasse ou bateau. Point de route ne la reliait au reste du département.Quand on regarde les schémas de son avancée au fil des ans, on peut supposer sans trop de prétention, que le bassin d’Arcachon finira un jour par se refermer (à moins que l’homme n’en décide autrement).

 

Au début du 19e siècle, cette partie du bassin appartenais encore à l’Etat et seules quelques cabanes de pêcheurs coloraient le paysage. En 1908, 44 hectares situés sur le pointe de l’île furent mises en vente aux enchères par l’administration et partirent pour une bouchée de pain :  270 300 francs de l’époque, soit 412€ … quand on sait que le mètre carré vaut environ 7000€ de nos jours … l’augmentation est juste hallucinante (le prix s’est multiplié par 7.5 millions en 100 ans).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *